• United-Kingdom

Atelier Maurice Asselin

jeudi 09 mars 2017 14:00
Salle Provence, 17, rue de Provence 75009 Paris
Informations sur la vente
Maurice ASSELIN par son fils Georges
Après son frère, Louis, de trois ans son aîné, Maurice Asselin est né à Orléans le 24 juin 1882, d'une mère qui tenait, à l'angle de la rue Sainte-Catherine et de la rue Jeanne-d'Arc, un débit de tabac à l'enseigne de «La Pipe d'or », et d'un père qui exerçait le métier de cocher. Mais très vite, ses parents ayant repris l'auberge de la rue Sainte-Catherine, «où la cuisine était fort appréciée et, pour les grandes circonstances, de premier ordre », il fut élevé dans un milieu où les reflets de la porcelaine et les ors des chaudrons éveillaient déjà en lui la transparence de la lumière. Il y apprit à faire la cuisine, et dès son jeune âge sut «hacher le persil et les oignons, vider les goujons et les écrevisses»… Ce qui, bien des années plus tard, en 1930, le conduira à occuper, aux côtés de Curnonsky, le trente-sixième fauteuil de l'Académie des gastronomes.
A douze ans, il entre en sixième à l'école Sainte-Croix d'Orléans, mais ne prolongera pas ses études au-delà de la classe de seconde. Désireux de lui donner un métier, ses parents le placent comme «apprenti calicot» chez des marchands de tissu : Aux Travailleurs, place de la République, à Orléans, et l'année suivante - nous sommes en 1900 - A la Place Clichy, à Paris. Tout cela ne durera pas
 Depuis les bancs de l'école, M. Asselin dessine! Son carnet, son crayon, sa boîte de couleurs ne le quittent pas. Ses sujets sont variés, et les quelques dessins antérieurs à 1900 retrouvés représentent des vaches dans un pré, des oies dans une basse-cour, un chien endormi près d'un poêle, un paysage de Tigy, un monument ou une maison d'Orléans.
Il revient passer trois années auprès de sa famille, époque où il perd son père (août 1902). En 1904, il rejoint Paris et s'inscrit à l'atelier Cormon, à l'Ecole des beaux-arts. Il fréquente assidûment la salle Caillebotte, au Luxembourg, et le Louvre. Il loge dans le quinzième arrondissement, sous les toits, dans une chambre mal chauffée. Est-ce l'origine de sa tuberculose, pour laquelle il est alors hospitalisé dans un sanatorium en Auvergne 7... De retour à Paris, il quitte l'atelier Cormon qu'il n'aime pas.
En 1905, premier séjour en Bretagne : Kergroës et l'auberge de Marie Lepage. Il y connaît Jacques Vaillant. Il y reviendra en 1906 et 1907 et en rapportera plusieurs toiles et esquisses sur lesquelles il continue à travailler à Paris. Il accroche pour la première fois au Salon des Indépendants (1906) et au Salon d'Automne (1907). Sa palette est colorée et le trait appuyé souligne les sujets. On parle de lui dans la presse. Il en est si fier qu'il l'écrit à sa mère, laquelle, depuis les fourneaux de l'Hôtel Sainte-Catherine, lui envoie chaque mois de l'argent en suffisance. Cette manne durera longtemps, et passé trente ans il recevra toujours de l'argent de sa mère. Cela pour expliquer qu'il n'avait nul besoin de vendre sa peinture, contrairement à bon nombre de peintres de sa génération, et que la sérénité qui se dégage de son art peut s'expliquer en partie par la sécurité matérielle qui l'entourait.
En 1908 il prend le train pour l'Italie avec sa bicyclette. Rome le 3 mai, Anticoli-Corrado le 1er juin, et après un périple à vélo de 220 kilomètres en compagnie de son ami Henriet, il rejoint Assise et Sienne le 22 août, qu'il quittera pour Florence, où il restera jusqu'en octobre.
1909 : premières expositions, à la Galerie Eugène Blot, à Paris (février), et, en Allemagne, à la Moderne Galerie de Munich, en compagnie de Marquet, Vlaminck, Manguin, Puy, Camoin, etc. L'année suivante, second voyage en Italie. Il s'embarque sur le cargo Balkan à destination de Gênes. De là, il gagne Naples, Rome, et rejoint la pension Carboni à AnticoliCorrado, où il restera tout l'été. Il loue à côté un petit atelier avec jardin, où il fait ses premières études de nus. Il rapportera de ses voyages en Italie de nombreux dessins, d'un style académique, certes, mais d'une pureté de trait remarquable.
L'année 1911 le trouve au 39 de la rue Lamarck, à Paris. Il passe l'été en Bretagne, chez la mère Bacon, au port de Brigneau, et de même l'année suivante. Il rencontre là Pierre Mac Orlan, avec qui il se lie d'amitié. Il fréquente alors les peintres Ernest Correlleau, Marcel Fournier, dont il fait le portrait, Jean Carrière, Emile Jourdan, à qui il apporte bien souvent une aide matérielle, Louis Bacon, Jacques Vaillant... A Paris, il expose chez Blot, Devambez, Druet, Lévesque, et, à l'étranger, au Kunstsalon Wolfsberg de Zurich et au Musée royal de Copenhague. Il participe toujours aux Salons d'Automne, des Tuileries et des Indépendants.
Premier voyage à Londres en 1912. Il Y prépare sa première exposition chez Carfax & Co., qui aura lieu du 3 au 15 février 1913. Elle sera suivie de beaucoup d'autres. Après plusieurs voyages à Londres, la guerre le surprend en Angleterre. En 1915, il est à Ashford, dans le Middlesex, chez Ludovic Rodo Pissarro, avec qui il lie une solide et durable amitié. L'hiver le trouve auprès du peintre Walter Sickert, avec lequel il travaille. Chacun fera le portrait de l'autre! Le 4 mars 1916, après avoir reçu un ordre de réquisition de l'armée britannique, il rejoint la France et se fixe à Paris, 121, rue Caulaincourt. Le 13 août 1917, son frère meurt, à l'âge de 38 ans. Asselin est attiré par la compagnie des gens de lettres. Il rencontre Jules Romains, dont il fait le portrait (détruit par les Allemands durant la Seconde Guerre). Par la suite, il fréquentera et deviendra l'ami de nombreux écrivains.
Le 17 septembre 1919, à trente-sept ans, il épouse Paton, qui en a vingt-sept. (Elle lui donnera trois fils : Bernard en 1922, Jean en 1923 et Georges en 1925). C'est le début de sa «période verte» : une palette où les verts et les noirs s'affrontent, en parfaite harmonie, dans un contraste permanent d'ombres et de lumières. En novembre, il préface le catalogue de son exposition chez André Pesson. L'analyse qu'il y fait de son art restera à jamais vivante : «... l'art jaillit de l'amour émerveillé de la vie. " 1920. A Paris, portrait de Carco, exposé au Salon d'Automne. A Keriolet, portrait de Jean Pellerin (aujourd'hUi au musée de Grenoble). Sous l'intitulé «Le Premier Groupe », il expose pour la première fois chez Marcel Bernheim, en compagnie de Marquet notamment. En septembre 1922, à la naissance de son premier fils, débute la période de ses «maternités », qui durera jusqu'en 1925. Sa palette s'adoucit, les couleurs s'estompent, les gris dominent.
En 1923, en compagnie de Curnonsky et Fernand Jobert, il lance «Mélanie» à Riec, dont la réputation franchira rapidement les frontières de la Bretagne! Première exposition à Tokyo, au Japon. En 1924, il fait le portrait de Curnonsky, qui est exposé au Salon d'Automne (le tableau est actuellement en Angleterre). Il quitte Montmartre pour Neuilly, au 47 de la rue du Bois-de-Boulogne. Sur le terrain attenant, au numéro 45, il entreprend la construction d'un hôtel particulier de trois étages, qu'il habitera de 1925 jusqu'à sa mort. Le 16 avril 1925, il obtient son permis de conduire les automobiles à pétrole. En 1926, à bord de sa torpédo Chenard et Walker, et en compagnie du peintre André Fraye, il entreprend un voyage dans le sud de la France : Marseille, Sainte-Maxime, Saint-Tropez, Le Luc, Avignon, Orange... Enchanté par la lumière du Midi, il Y retournera l'année suivante avec toute sa famille. En 1927, il peint le fameux tableau représentant son ami «Cur» à la table de Mélanie Rouat (musée du Luxembourg).
Asselin perd sa mère en 1932. Durant les années 30, il fréquente assidûment la Bretagne : Concarneau en 1930, Les Sables-Blancs en 1931, Beuzec-Conq en 1932, la Cornouaille en 1933, puis Pont-Aven jusqu'en 1936, encore Pont-Aven en 1938, Kerdruc en 1939. De cette période resteront de magnifiques aquarelles «subtiles et fluides», dont Jules Romains dira qu'elles le touchent comme «des petits poèmes lyriques "... Beaucoup de portraits également de sa nièce Madeleine. A cette époque, il est entouré des peintres Ernest Correlleau, Fernand Dauchot, Pierre Lepage, Jean Puy, René Thomsen, Emile Compard, Pierre-Eugène Clairin, Pierre Bompard... En 1933, il devient l'ami de l'écrivain irlandais Liam O'Flaherty, dont il fait le portrait. 1935 : portrait de Correlleau, et exposition de cent toiles et aquarelles à Tokyo. 1936 : portrait d'Edouard Branly (actuellement au musée d'Albi). Il illustre la couverture du catalogue du Salon d'Automne.
A cette époque, Maurice Asselin est en pleine possession de son art. Sa notoriété est grande, et ses expositions se suivent à un rythme élevé, tant en France qu'à l'étranger. En janvier 1939, il est promu au grade d'officier de la Légion d'honneur. Puis vient la guerre et juin 1940. Asselin entasse dans sa vieille Ford tout ce qu'il peut de ses œuvres, ne laissant que peu de place pour Paton et lui-même, et prend le chemin de l'exode. Ses trois fils suivent à bicyclette... Après deux jours de péripéties mémorables, on se retrouve chez le docteur Plessis, à Chalonnes-sur-Loire, où un campement est aménagé en attendant l'armistice et le retour vers Paris. Les Allemands nous avaient rejoints entre-temps! «Dans l'air, brisé du fracas des moteurs, les chants des Germains vainqueurs se répondent de colline en colline ", écrira-t-il le 23 juin, à 5 heures du matin, en écoutant passer l'armée allemande.
De retour à Paris, Maurice Asselin n'est plus le même. Traumatisé par la défaite, il supporte mal l'Occupation. De plus, il souffre de rhumatisme articulaire à la hanche et marche péniblement. Sa peinture s'en ressent : plus rapidement brossée, elle n'a plus la même recherche ; sa palette s'est durcie. C'est la période des «nus rouges» et des petits bouquets. Il expose toujours beaucoup, mais n'accrochera plus au Salon d'Automne après 1942. Ses amis d'alors sont différents : le céramiste Jean Mayodon, le ferronnier Raymond Subes, l'écrivain Henri Jeanson... En 1945, il retourne pour la dernière fois à Pont-Aven, où il passe un mois à l'Hôtel de la Poste, chez Julia Correlleau.
En septembre 1947, il est admis à l'hôpital Saint-Antoine pour se faire opérer par le professeur Bergeret. Le vendredi 19, il écrit : «Lundi probablement : billard. Partenaire : professeur Bergeret. Enjeu : mes tripes. J'espère qu'il sera gagnant. S'il perd, je suis mat!» En fait, le professeur ne gagnera pas, et mon père décédera le 27 septembre 1947.
Conditions de ventes
FRAIS
La vente est faite au comptant et conduite en euros. L’acheteur paiera en sus d’adjudication ou prix au marteau, une commission de 25% TTC. Les acquéreurs des lots marqués d’un astérisque (*) devront s’acquitter en sus des frais de vente de la TVA, des droits et des taxes pour l’importation temporaire. Paiements acceptés : cartes bancaires françaises, chèques français, virements, American Express, espèces (selon les lois en vigueur).
 
ORDRE D'ACHAT
Après avoir pris connaissance des conditions de la vente, je déclare les accepter et prie DELORME COLLIN DU BOCAGE SVV d’acquérir pour mon compte personnel, aux limites indiquées en euros, les lots que j’ai désignés (les limites ne comprenant pas les frais). Mon ordre d’achat ne sera pris en compte que s’il est signé et qu’il y est joint un relevé d’identité bancaire, une copie de pièce d’identité ou un extrait d’immatriculation R.C.S. (Pour les lots au dessus de 15 000 € deux pièces d’identité sont demandées.) J’ai noté que l’exécution des ordres d’achat est un service gracieux et qu’à ce titre DELORME COLLIN DU BOCAGE SVV et n’a pas obligation de le prendre en compte et n’assumera aucune responsabilité si celui-ci n était exécuté.
 
CONDITIONS GÉNÉRALES
Les conditions générales de la vente et tout ce qui s’y rapporte sont régis par le droit français et de la compétence exclusive des tribunaux français (Paris). Le fait de participer à la présente vente implique que tous les acheteurs ou leurs mandataires acceptent et adhèrent à toutes les conditions de la vente. Les enchérisseurs sont réputés agir en leur nom et pour leur compte.
 
DESCRIPTION DES LOTS
L’acheteur déclare avoir examiné les lots qu’il souhaite acheter. Il déclare acheter en pleine connaissance de cause et avoir interrogé le commissaire-priseur et l’expert. Si l’acheteur considère que l’état d’un objet est une condition substantielle de son achat, il doit le préciser par écrit sur son ordre d’achat car il ne serait y avoir de réclamation tant son information étant rendue possible avant l’adjudication. Cela signifie que tous les lots sont vendus dans l’état où ils se trouvent au moment précis de leur adjudication avec leurs possibles défauts, imperfections et restaurations. Aucune réclamation ne sera admise une fois l’adjudication prononcée, une exposition préalable ayant permis aux acquéreurs l’examen des œuvres présentées. De plus, les dimensions, couleurs de reproductions et informations sur l ‘état sont fournies à titre indicatif. Tous les meubles sont présumés restaurés avec des parties refaites. L’état de marche des pendules, des montres, objets scientifiques ou de mesure, et tous mécanismes ne sont pas garantis. Les bouteilles de vins sont vendues en l’état et sans réclamation. Les niveaux sont donnés de manière purement informative.
 
S’il est établi que plusieurs enchérisseurs ont simultanément porté une enchère et réclament en même temps le lot après le prononcé du mot adjugé, le dit lot sera remis en vente au dernier prix prononcé. C’est le prononcé du mot adjugé qui ponctue l’enchère et non le coup de marteau.
 
EXPORT
Le refus de délivrance du passeport d’exportation  par l’administration ne justifiera ni l’annulation de la vente, ni un retard de règlement, ni une résolution.
 
RETRAIT DES LOTS
L'acheteur est responsable de ses acquisitions dès le prononcé du mot adjugé. Il lui revient de le faire assurer dès lors. Les meubles seront entreposés après la vente au magasinage de l'hôtel Drouot (payant), les objets et tableaux peu encombrants seront ramenés à l'étude gracieusement. (Ce transport étant un service gracieux, l'étude dégage toute responsabilité en cas de dommages). Les objets seront stockés gracieusement pendant une période de 15 jours, puis au tarif de 3,00 € HT/jour.
 
Les trois lettres (...) précédant le numéro indique que le lot est vendu par l'OVV (membre du personnel ou dirigeant), ou l'expert.
 
Domiciliation :
BNP Paribas – Hôtel des ventes Drouot
1, boulevard Haussmann – 75009 Paris
RIB : 30004 00828 00010 663266 76
IBAN : FR76 3000 4008 2800 0106 63 26 676
BIC : BNPAFRPPPAC