• United-Kingdom

Domaine royal de Randan, 1884 : Gabriel…

Lot 9
200 - 300 €

Domaine royal de Randan, 1884 : Gabriel…

Domaine royal de Randan, 1884 :

Gabriel Tardif (1832-1905), inspecteur des Domaines de Montpensier et de Randan :



17 L.A.S., 1 télégramme et 1 brouillon de lettre, à Rafael Esquivel, chef de la Maison de Mgr le Duc de Montpensier, formats divers et en-tête de l’Inspection du Domaine de Randan et du Domaine de Randan.



Extrait lettre du 22 août 1884 : « […] J'ai fini par me souvenir que Frantz vous avait parlé d'une grande quantité d'actions sur Vichy possédées par Mr Martha-Becker, Comte de Mons, qui avait offert, en 1870, un prix jugé convenable du Château de Maulmont et de sa série ; à la nouvelle de la déclaration de guerre avec la Prusse, Mr Martha-Becker avait renoncé à tout projet d'acquisition. Je doute qu'il ait aujourd'hui l'intention d'acheter le Château de Randan, voir même celui de Maulmont. Il me semble aussi avoir ouï dire que le Cte de Bonnevie, son gendre et lui venaient de joindre une nouvelle propriété à leurs terres déjà considérables. […]. »

Extrait lettre du 25 août 1883 : « […] Vol au château... Voici comment nous supposons que le vol a été commis : Les voleurs, Car nous avons presque la certitude qu'il y en avait deux, avaient avec eux des femmes faisant le guet ; ils ont du sortir avec une société, après avoir bien étudié la manière de conduire les visiteurs par les trois frotteurs sont rentrés avec une seconde fournée et se sont mis en retard de manière à se trouver entre les visiteurs conduits par Hippolyte et ceux dirigés par Niquet ou Alfred. L'un, au moyen d'un diamant, a essayé de briser la glace étroite prés de la porte d'entrée, sans pouvoir y réussir à cause de l'épaisseur du verre, 4 millimètres alors il a décroché le petit modèle de canon en bronze faisant partie de la panoplie, pour casser plus rappidement. L'ouverture, heureusement, n'était pas assez grande pour permettre de prendre le sabre et autres objets, le presse papier venant de SM la Reine Amélie n'a pu être enlevé qu'avec l'aide d'une canne mascotte dont l'un d'eux était porteur. La tasse Orientale, dont la monture ornée de diamants était bien à la portée, mais cachée au milieu des autres en filigranes d'argent, a échappée à la vue des voleurs. Le narghilé a pu être sorti ; le col a été brisé de manière à réduire le volume et n'avoir à prendre que la monture or et diamants. Le bout d'ambre et sa garniture en diamants a été arraché du tuyau. Le produit du vol a du être remis à un compère qui a pu, avant l'ordre d'arrêter tout départ, reprendre avec son cheval de louage la route de Vichy. Chacun des visiteurs a demandé à être fouillé, le voleur du presse papier qui montait dans sa voiture, conduite par lui seul se disposait à partir, mais il a laissé le cheval entre les mains de Bregheon et s'est rendu dans l'écurie. Bregheon l'a suivi et l'a surpris dans l'une des stalles, tenant de la paille entre ses mains. Le voleur se croyant surveillé a disparu au milieu de la foule laissant son cheval et le cuisinier de l'hôtel a trouvé le presse papier enfoui dans la litière. Les cochers, prévoyant l'interdiction de la visite, auraient certainement lynché le voleur s'ils avaient pu le saisir. […]. »





Camille Aufauvre, garde général et comptable du Domaine de Randan :

6 L.A.S. à Rafael Esquivel, chef de la Maison de Mgr le Duc de Montpensier, formats divers et en-tête du domaine de Randan. (comptes de gestion du domaine et des coupes de bois).



Depelchin, secrétaire du duc d’Aumale :

2 L.A.S. à Rafael Esquivel, chef de la Maison de Mgr le Duc de Montpensier, datées des 13 et 14 octobre 1884, en-tête de Chantilly.



Rafael Esquivel, chef de la Maison de Mgr le Duc de Montpensier :

4 brouillons de lettres à Depelchin et à la comtesse de Clinchamps, datés des 13, 15, 29 et 31 octobre 1881. On joint 1 L.A.S. à en-tête des Domaines et Forêts de M. le Duc d’Aumale, concernant l’embauche au château de Chantilly du jardinier en chef du domaine de Randan.



Comtesse de Clinchamps à Rafael Esquivel :

Billet autographe aux armes et daté du 24 octobre 1884.



1 L.A.S. à en-tête de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon et de la Méditerranée, datée du 10 juin 1884, avec un rapport de moralité et d’honorabilité de M. Hubert de Maroges habitant le château d’Effiat, ceci en vue de lui obtenir une permission de chasse sur le domaine de Randan. On joint une autre demande de permission de chasse sur le domaine de Randan faite au duc de Montpensier par le Dr. Souligoux et une L.A.S. à en-tête de la commune de Brugheas datée du 25 février 1884 concernant le don d’un terrain par le duc de Montpensier à la dite commune qui le sollicitait.



On joint les comptes prévisionnels établis par Camille AUFAUVRE pour le 4eme trimestre 1884.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue