• United-Kingdom

Domaine royal de Randan, 1877 Gabriel Tardif…

Lot 3
200 - 300 €
Résultat: 250 €

Domaine royal de Randan, 1877 Gabriel Tardif…

Domaine royal de Randan, 1877

Gabriel Tardif (1832-1905), inspecteur des Domaines de Montpensier et de Randan :

14 L.A.S. à Rafael Esquivel, chef de la Maison de Mgr le Duc de Montpensier, formats divers et en-tête de l’Inspection du Domaine de Randan. Etat prévisionnel des dépenses daté du 15 janvier 1877

Extrait lettre du 23 février 1877 : « […] J'ai été prévenu que M. M. Guérinet avaient affermé à un aubergiste de St-Priest une certaine étendue de terrain, sur lequel ils vont faire construire un Kiosque, destiné à servir de café restaurant pour les Visiteurs et autres gens Cette construction serait placée, m'a-t-on dit, en face de la terrasse de Maulmont, à quelques mètres de la chaussée de l'étang. Quelque gracieux qu'elle soit (peut-être être si les Guérinet en sont les architectes ?) ce sera un grand désagrément pour Maulmont, dont la solitude était raVissante. Je dois vous avouer avoir fait savoir indirectement aux Guérinet que leur projet m'était personnellement désagréable, leur réponse aurait été qu'ils ne pouvaient plus reculer devant des engagements pris. Pour enlever chance de longue et prospère existence à cette guinguette, qui me semble créer pour tout autre motif la spéculation, on pourrait établir une clôture à partir de la vigne jusqu'à l'étang, avec une porte sur l'allée, porte qui ne serait ouverte que pour les Princes ; on établirait une seconde clôture du côté opposé de l'étang de manière à fermer l'autre allée, avec porte interdite aux Etrangers. Dès lors les Visiteurs, pour aller au restaurant seraient obligés de reprendre la grande avenue de Maulmont, de retourner à la route du Puy-Guillaume, en un mot, de faire un très long détour. La construction des canaux marche aussi rapidement que possible et sera, j'espère, terminée le 25 avril... Le Clarence, avec lequel on était allé chercher Mr Ledru, l'architecte, a reçu, par la faute du conducteur de l'Omnibus d'Aigueperse une petite éraillure à la portière et à l'un des panneaux, je vais le faire conduire à Cusset, chez Pétilliat : la réparation ne coûtera que 25 à 30frs [...]. »

Extrait lettre du 14 mars 1877 : « […] Je désire plus que je ne l'espère voir Mr Guérinet renoncer à sa guinguette ; rien n'a été construit jusqu'à présent et l'on prétend que mes observations auraient pu être prises en considération par ce spéculateur peu délicat. Je vous suis bien reconnaissant de m'avoir annoncé la donation faite au Prince par Mme la duchesse de Galliera, car vous savez combien est grande ma joie quand j'apprends une bonne nouvelle concernant la famille Royale et tout particulièrement mon Auguste Maître. Depuis que le Brigadier de gendarmerie de Randan a été enfin remplacé, les Gendarmes venant en aide à nos Gardes répriment tous les délits qu'ils peuvent constater; ils ont dressé entre autres un procès verbal pour enlèvement d'un fagot de bois vert, à la femme que nous soupçonnions avoir commis dans le bois du Debat, un délit trouvé par Mgr. Pour reconnaître ces bons services, je vous prie de vouloir bien m'autoriser à délivrer gratuitement à la Brigade quelques cents de fagots d'élagage pour une valeur de 50frs environ [...]. »

Extrait lettre du 23 mars 1877 : « […] Le changement de mode d'éclairage des réverbères extérieurs du Château coûtera 10frs par lampe, soit pour 50 lampes, une dépense de 500frs. L'éclairage serait à l'huile et non à l'essence de pétrole, car la flamme de cette dernière s'éteint, paraît-il au moindre souffle. Les anciens verres pourront servir, il n'y aura qu'à remplacer ceux qui manquent... Mgr a donné l'ordre de pourvoir de fusil à un coup les Employés nouvellement assermentés. SAR a-t-elle voulu parler de fusils proprement dits ou de carabines ? […]. »

Extrait lettre du 12 septembre 1877 : « [...] Le 11 nous avons procédé à l'adjudication des travaux de la loge de Château Gaillard ; en ce qui concerne la maçonnerie, la charpente, la couverture, la menuiserie et la serrurerie. Mr Ledru a fourni aux Entrepreneurs, outre toutes les explications verbales, plans d'ensemble et plans de détail... J'adresse aujourd'hui même une permission de chasse à Mrs Colombier, père et fils ; j'en ai donné à 3 autres personnes, depuis notre départ. Il y a déjà 30 permissionnaires proprement dits, ce qui représente, en y comprenant les personnes pouvant les accompagner, 60 chasseurs. Les gens qui devraient donner le bon exemple sont quelquefois ceux qui abusent le plus. C'est ainsi que Mr Corre, qui a mille hectares de terrain de chasse, droit à 2 jours de chasse par semaine et à 1 personne l'accompagnant, a chassé 7 jours de suite, accompagné de 2 personnes, son père et son clerc. - Le Garde Chazet, voulant faire respecter la consigne lui a fait observer qu'il ne restait pas dans les termes de sa permission ; Corre lui a répondu que cela ne pouvait rien lui faire et qu'il avait le pouvoir de mener à la chasse les amis qu'il lui plairait d'y mener; que son clerc avait d'ailleurs, toute permission (ce qui est faux). Je dois arrêter de pareils abus en faisant, d'abord, une simple observation à Mr Corre et, en cas de récidive, en le menaçant de lui enlever sa permission. Corre est malheureusement resté un peu paysan et se vantera partout et à tous, comme cela a déjà été fait qu'il peut tout obtenir de SAR, si on ne l'arrête un peu dans son essor malencontreux [...]. »





Camille Aufauvre, garde général et comptable du Domaine de Randan :

5 L.A.S. à Rafael Esquivel, chef de la Maison de Mgr le Duc de Montpensier.



Rafael Esquivel, chef de la Maison de Mgr le Duc de Montpensier :

16 brouillons autographes à Gabriel Tardif, inspecteur des Domaines de Montpensier et de Randan, et à Camille Aufauvre (2), garde général et comptable du Domaine de Randan.





Domaine royal de Randan, 1878 :

Gabriel Tardif (1832-1905), inspecteur des Domaines de Montpensier et de Randan :

19 L.A.S. à Rafael Esquivel, chef de la Maison de Mgr le Duc de Montpensier, formats divers et en-tête de l’Inspection du Domaine de Randan.



Camille Aufauvre, garde général et comptable du Domaine de Randan :

10 L.A.S. à Rafael Esquivel, chef de la Maison de Mgr le Duc de Montpensier.



Rafael Esquivel, chef de la Maison de Mgr le Duc de Montpensier :

24 brouillons autographes (1 rédigé par un assistant) à Gabriel Tardif, inspecteur des Domaines de Montpensier et de Randan, et à Camille Aufauvre (5), garde général et comptable du Domaine de Randan.



Extrait lettre du 22 janvier 1878 : « […] J'ai éprouvé, hier, une bien grande satisfaction quand, au moment de la réunion du conseil municipal de Randan pour son installation, Mr Mallat, resté Maire, m'a fait part de son intention de proposer au nouveau conseil d'adresser des félicitations à LL.AA.RR. À l'occasion du mariage de SAR Madame la Princesse Mercédés. Notre bon Maire, les larmes aux yeux a voulu me communiquer son projet d'adresse un peu avant l'arrivée de tous les membres ; je lui en ai fait mon compliment ; le conseil, aussitôt après l'installation, l'a approuvé à l'unanimité et, séance tenante, tous les membres ont signé de grand coeur... Réponse de Mr Esquivel : SAR a été extrêmement touchée des félicitations du Conseil Municipal de Randan et Elle m'a chargé de répondre par la lettre ci-jointe et vous prier de remercier particulièrement Mr Mallat pour ses bons sentiments et pour cette nouvelle preuve de son dévouement.

Extrait lettre du 14 février 1878 : « […] Mon fils [Frantz], à mon arrivée ici, a été bien surpris quand je l'ai salué comme Garde à Cheval surnuméraire ; sa mère, en effet, avait voulu me laisser le plaisir d'annoncer moi-même la bonne nouvelle au nouveau forestier. Frantz vous prie aujourd'hui, de vouloir bien faire agréer ses remerciements à Monseigneur […]. »

Extrait lettre du 1er mai 1878 : « […] Le piédestal de la statue de Madame la Princesse Adélaïde est en place, mais, malgré les recommandation de Mr Ledru, le sculpteur a cru devoir y mettre des armoiries entièrement semblables à celles qui se trouvent sur les tombeaux des frères du Roi, et, portant, si je ne me trompe, les insignes de l'Ordre du St-Esprit. S'il doit être procédé à un changement pour faire les armoiries en losange, comme cela avait été dit, soyez assez bon pour m'en avertir le plus tôt possible, afin que la substitution puisse être faite avant l'arrivée des Princes (Réponse : Vous pouvez faire changer les armoiries du piédestal de la statue les mettant en losange et sans les insignes de l'ordre du Saint-Esprit). […] ».

Extrait lettre du 7 mai 1878 : « […] Le Conseil Municipal du Randan en date du 5 mai, Présidé par Mr Mallat, Maire a décidé : Que le concours d'arrondissement aura lieu à Randan ainsi que le Comice, que cette tache sera très facile suite aux largesses de Mgr le duc de Montpensier (en accordant au comice et au Concours une somme de 2000frs) le 18 août 1878, dans le Parc du Château mis gracieusement à la disposition de la commune par SAR. Le Maire et le conseil municipal veulent que la municipalité de Randan fasse frapper une médaille portant le nom de SAR et devant servir de prix. […]. »

Extrait lettre du 21 juin 1878 : « […] Les pluies incessantes ont retardé les travaux de la loge de Château Gaillard, néanmoins, les tuiles des bâtiments annexés vont être posées et la charpente du bâtiment principal est à peu

prés établie. La loge a dès maintenant l'aspect d'un châtelet. […]. »

Extrait lettre du 11 août 1878 : « […] Mr Aufauvre, Garde général, vient d'avoir une congestion cérébrale, il a été saigné à temps et on espère le sauver. Si le pauvre malade ne revenait pas à la santé, ce serait pour le Domaine de Randan un grand vide. LL.AA.RR. Perdraient un loyal et dévoué serviteur et moi un vieil ami et un bon auxiliaire. Camille, déjà au courant de la comptabilité pourra bien remplir les fonctions de son père pendant le cours de la maladie. Sur votre ordre, j'ai acheté deux belles et bonnes juments, sous poi bai, je les ai essayées et les ai conduites moi-même à Vichy, je les ai trouvées d'une douceur parfaite et d'assez grande allure...

Tout est prêt pour recevoir LL.AA.RR. Mercredi soir. […]. »

Extrait lettre du 15 août 1878 : « […] Madame la Princesse Christine et le Prince Antoine sont arrivés mardi soir (fille et fils du duc de Montpensier). Demain, vendredi, Mgr le duc et Madame la duchesse de Montpensier, précéderont d'une nuit seulement Mgr le Comte et Madame la Comtesse de Paris. Je suis allé hier à Vichy pour acheter une ânesse et son ânon ; cette commission tout an paraissant bien simple, m'a plus embarrassé que de l'achat de deux chevaux. […]. »

Extrait lettre du 27 octobre 1878 : « […] J'ai envoyé hier Camille Aufauvre à Maringues pour faire l'acquisition d'un breack; c'est une voiture très soignée sortant de l'atelier d'un bon carrossier de Paris. Le prix a été, aux enchères, de 700frs. J'ai vendu les deux mauvais véhicules, le Tilbury et la voiture de chasse 142frs

Extrait lettre du 25 décembre 1878 : « […] Elle est sur le point de finir cette année si pleine de tristesse ! Dieu veuille exaucer mes voeux et ceux de tous les miens, en donnant à LL.AA.RR., pendant l'année prochaine, des adoucissements à leurs douleurs de l'an passé. […]. »



On joint 1 rapport de l’exercice 187 et 4 documents manuscrits de formats divers dont un échange avec la Société de Tir du Puy-de-Dôme au sujet du don d’un objet d’art remis en guise de prix par le duc de Montpensier.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue