• United-Kingdom

Très important masque Elément d'architecture…

Lot 57
60 000 - 80 000 €

Très important masque Elément d'architecture…

Très important masque Elément d'architecture Marbre à belle granulosité. Non poli Art romain, II-IIIème siècle Les masques tragiques avaient une particularité curieuse, l'ogkos. On appelait ainsi, dit Pollux, «la partie supérieure du masque qui se dresse en forme de lambda». C'est, comme le montrent un très grand nombre de monuments, un agrandissement conventionnel du front, le plus souvent dissimulé sous la perruque. Le but de l'oncos paraît avoir été, d'une part, de rétablir les proportions normales du corps, faussées par la matelassure artificielle du torse et par les hauts cothurnes, et probable­ment aussi de prêter aux figures tragiques un aspect plus imposant. Cet accessoire atteint parfois des proportions démesurées, mais sa hauteur est très variable. Il ne se rencontre que dans les masques tragiques; cependant quelques-uns même de ceux-ci n'en ont pas. Le masque est, plus encore que le costume, un procédé de caractérisation du person­nage. Il permet d'identifier, d'entrée de jeu, le héros. L'acteur entrera en scène en portant un masque muni d'un résonateur métallique pour amplifier la voix. La troupe est composée d'esclaves ou d'affranchis. Dans la plupart des cas, on y trouve cinq histrions (acteurs), des tibi­cines (flûtistes), des cantares (chanteurs), des danseurs, des musiciens, des figurants, des machinistes. Elle est dirigée par un chef que l'on nomme dominus gregis. L'acteur, esclave ou affranchi, n'est pas un citoyen. Mais Paradoxalement, les acteurs étaient de vraies stars. Riches et célèbres, ils étaient socialement acceptés et devenaient les favoris des Grands
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue